© @ S. Piyaset

Pourquoi faut-il manger plus de légumineuses ?

Alimentation

Cuisine

Manger des légumineuses a plus d’un avantage : c’est intéressant du point de vue nutritionnel et c’est une solution pour réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à notre alimentation. Explications.

mar 09/06/2020 - 18:05

Durée de lecture : 2 minutes

Les légumineuses, c’est quoi ?

Il existe deux types de légumineuses :

  • les légumineuses à graines (haricots, pois, lentilles, fèves, soja, lupins…) qui sont récoltées à maturité ou juste avant pour notre alimentation et celles des animaux d’élevage ;
  • les légumineuses fourragères (luzernes, sainfoin, trèfles…) qui ne sont utilisées que pour nourrir les animaux d’élevage. 

En Europe, la moitié de la production de légumineuses est destinée à l’alimentation animale. Ce sont principalement des protéagineux (lupin, féverole…) ou du fourrage (luzerne, trèfle).

 

Des féculents, source de protéines, de glucides, de fibres et de vitamines

Les légumes secs sont une source de protéine, comme la viande, le poisson ou les laitages mais ils ont l’avantage de contenir peu de matières grasses. Ces matières grasses sont des acides gras essentiels, très intéressants sur le plan nutritionnel.

Les légumes secs (les fèves et haricots secs, les lentilles, les pois secs) contiennent des protéines, riches en acides aminés indispensables et complémentaires de ceux des céréales. Associés à des céréales complètes pour permettre leur assimilation, ils peuvent remplacer un plat de viande dans le cadre d’un régime omnivore équilibré et sont des aliments incontournables des régimes végétariens.

Les légumes secs sont aussi riches en glucides complexes à faible indice glycémique, en fibres, en vitamines et en minéraux.

 

La culture des légumineuses nécessite peu d’engrais

Les légumineuses ont la particularité de fixer l’azote de l'air (système de fixation de l’azote dans les racines), de l'utiliser pour leur croissance, puis de le restituer au sol, le rendant disponible pour la culture suivante. 

Leur culture participe ainsi à réduire les impacts environnementaux (émissions de gaz à effet de serre, consommation d’énergie, qualité de l’air, biodiversité et pression phytosanitaire) du secteur agricole.

En France, nous cultivons une grande variété de légumineuses :

  • les protéagineux (féverole, lupin…) ;
  • les oléagineux riches en huile et protéines (soja, arachide…) ;
  • les légumes secs (haricots, lentilles, pois…) ;
  • les légumes à cosse, généralement consommés « verts » (petits pois frais, haricots verts... ).

Des guides pour vous aider

Le contenu de cette page m'a été utile : 

Merci de nous avoir donné votre avis

Vous aimerez aussi

Une nouvelle étiquette énergie en 2021  

mer, 09/01/2021 - 10:30

Pour mieux vous guider vers les produits économes en énergie, l’étiquette que l’on trouve sur les appareils électriques a changé le 1er mars 2021. Explications.

Intentions de partages 20435 partages

Durée de lecture : 2 minutes

Quel est l’impact de notre alimentation sur l’environnement ?

mar, 01/26/2021 - 10:25

Notre façon de nous nourrir affecte notre planète. Les consommateurs ne sont pas les seuls responsables bien sûr, mais nous avons le pouvoir d’influer sur toute la chaîne. Petit diagnostic pour s’en persuader.

Intentions de partages 6356 partages

Durée de lecture : 4 minutes

L'énergie en France

mer, 03/23/2022 - 11:32

D’où vient notre énergie ? Comment limiter nos émissions de gaz à effet de serre pour freiner le réchauffement de la planète ? Comment réduire notre dépendance aux énergies fossiles ? Tour d’horizon de la situation énergétique de la France.

Intentions de partages 15921 partages

Durée de lecture : 7 minutes

Astuces pour économiser l’eau à la maison et alléger ses factures

lun, 12/06/2021 - 17:40

La facture d’eau des ménages français n’est pas anodine puisqu’elle se situe à hauteur de 800 € par an. Sans compter le coût de l’énergie nécessaire pour la chauffer. Une bonne raison de réduire sa consommation d’eau !

Intentions de partages 315 partages

Durée de lecture : 3 minutes