© SpelaG91/Shutterstock.com

Manger local et de saison : pourquoi c’est essentiel ?

Alimentation

75 % des Français déclarent consommer des tomates en hiver : un choix, parmi d’autres, qui a une influence loin d’être négligeable sur le climat. Pas toujours facile cependant de savoir la bonne période pour consommer le bon aliment. Heureusement, il y a des outils pour nous aider !

3 novembre 2022

Durée de lecture : 2 minutes

Manger de saison : un impératif climatique

Si notre alimentation pèse aussi lourd sur l’empreinte carbone de la France (elle représente ¼ des émissions globales du pays), c’est en partie parce que nous consommons beaucoup de produits « hors-saison ». À titre de comparaison :

  • une tomate hors-saison génère 4 fois plus de kgCO2e qu’une tomate produite à la bonne saison (entre juin et septembre) ;
  • un kg de fraises consommé en hiver génère 40 % d'émissions de gaz à effet de serre de plus qu’un kg produit en saison (entre mai et juillet).

Les produits hors-saison nécessitent souvent des transports plus longs (parfois en avion), pour les acheminer vers leur point de distribution notamment. Ils peuvent être aussi particulièrement voraces en énergie lorsqu’ils sont cultivés sous serre chauffée.

Les poissons et les fruits de mer ont aussi une saisonnalité

On y pense moins mais la saisonnalité concerne aussi les poissons et les fruits de mer. Consommer les poissons à la bonne saison a deux atouts :

  • Amoindrir les risques de diminution voire d’effondrement des stocks halieutiques.
  • Vous permettre de manger un poisson garantissant les meilleures qualités gustatives. La pêche, effectuée lors des périodes de reproduction, engendre en outre davantage de perte.

La saisonnalité est également à connaître lorsque l’on consomme des coquillages (huitres, moules, palourdes ou coques). Elle se base sur les cycles de reproduction et garantit ainsi la protection des espèces.

Bonne nouvelle au sujet des coquillages. Avant d’arriver dans nos assiettes, ceux-ci sont élevés en France. La conchyliculture est de plus une activité particulièrement utile pour le milieu naturel puisque les coquillages contribuent à la préservation des écosystèmes marins.

Pourquoi manger « local » a aussi son importance ?

Manger local limite les transports découlant des multiples acheminements de produits alimentaires sur leur lieu de distribution et donc les émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, il est important de réduire considérablement notre consommation de produits exotiques ou d’aliments provenant de l’autre bout de la planète qui parcourent des milliers de kilomètres (parfois en avion) avant d’arriver sur notre table.

Manger local permet enfin de soutenir l’activité économique des producteurs français partout sur le territoire.

Des calendriers pour consommer de saison

En savoir plus

Le contenu de cette page m'a été utile : 

Merci de nous avoir donné votre avis