© © bnenin

Pause-café, pause déjeuner : stop aux gaspillages

  • Bons gestes
  • 23 mars 2020

Gâchis alimentaire, déchets plastique… Au restaurant d’entreprise, dans la cuisine partagée et jusqu’à la machine à café, on peut facilement devenir un peu plus écoresponsable.

Durée de lecture : 4 minutes

Stop au jetable à la pause-café

Gobelets en plastique ou en carton, emballages de sucre, dosettes, touillettes… tous ces déchets peuvent être évités.

Les alternatives ? 

  • Le mug ou la tasse perso, utilisable à l’infini.
  • Les grands conditionnements pour le café, le sucre, les biscuits… C’est moins cher, avec moins d’emballages et donc moins de déchets.

Le saviez-vous ? La vente et la distribution des gobelets, touillettes et assiettes en plastique sont interdites en France depuis le 1er janvier 2020. 

Pour en savoir plus, consultez le dossier « Le plastique, peut-on vraiment s’en passer ? » 

 

En restauration collective, plus de la moitié des repas à la poubelle !

Un service de restauration au travail, c’est du temps et de l’argent économisés pour les salariés. C’est aussi intéressant pour manger des repas bien équilibrés ! Sauf que chaque déjeuner à la cantine génère en moyenne 150 à 200 g de gaspillage alimentaire. Dans un établissement servant 500 convives, 15 à 20 tonnes d’aliments sont ainsi gaspillées chaque année, soit 30 000 à 40 000 €. 

Alors commençons par nous servir selon notre appétit, en évitant d’abuser du pain (souvent jeté). C’est encore plus facile d’ajuster quand on se fait servir (il suffit de demander) ou que le self propose plusieurs tailles d’assiettes. Et si malgré tout, il y a des restes, on peut toujours les partager avec les collègues ou les emporter à la maison. 

Profitez aussi de la diversité des menus proposés pour choisir des plats végétariens. Manger plus de protéines végétales et moins de protéines animales est bon pour votre santé et pour la planète. Cela vous donnera peut-être des idées de recettes à reproduire à la maison…

Pour aller plus loin, découvrez des outils pratiques pour réduire les gaspillages

 

Nouvelles tendances dans le coin cuisine

Quid des salariés ne disposant pas de restaurant d’entreprise ? Que l’on apporte ses repas ou que l’on les achète chez les commerçants du quartier, mieux vaut privilégier les produits de saison, locaux… et s’armer de sac, lunch-box et autre boîte. Certains professionnels de la vente à emporter proposent même une remise si vous apportez votre contenant. 

Autre idée en vogue : le réfrigérateur « libre-service ». Plutôt que de jeter les produits de la maison bientôt périmés, on les partage avec les collègues ! 

 

Déjeuner à l’extérieur : 3 choix gagnants

  • Le plat du jour ou un plat préparé avec des produits locaux et de saison,
  • la carafe d’eau plutôt que la bouteille en plastique,
  • le bio quand c’est possible (plats et vin),
  • et pourquoi pas des plats végétariens, de plus en plus proposés par les restaurants.

Le saviez-vous ? En France, la possibilité d’emporter les restes au restaurant s’imposera à tous les restaurateurs d'ici 2021. En attendant, vous pouvez toujours vous renseigner sur le volume des plats avant de commander.

Repérez les restaurants engagés pour l’environnement avec :

 

Vous aimerez aussi

Calculer les émissions de carbone de vos trajets

  • Déplacements
  • 5 octobre 2020

Vous vous demandez quel mode de transport émet le moins de CO2 ? Ce calculateur compare le vélo, la voiture, le train et l'avion en fonction du nombre de kilomètres à réaliser.

Intentions de partages 66998 partages

Durée de lecture : 1 minute

10 bons gestes numériques en télétravail

  • Bons gestes
  • 14 janvier 2021

Le télétravail évite de nombreux déplacements, réduit nos émissions de gaz à effet de serre et améliore la qualité de l’air. Mais les pratiques numériques ont aussi des impacts. Alors comment adopter les bons gestes ?

Intentions de partages 2020 partages

Durée de lecture : 4 minutes

Modifier le trafic routier : une nécessité pour améliorer la qualité de l’air

  • Au bureau
  • 4 octobre 2021

En France, la mauvaise qualité de l’air extérieur est responsable de 40 000 décès et ce, en dépit de baisses d’émissions de polluants entre 1990 et 2018. Si nos choix individuels peuvent contribuer à changer la donne, la situation ne pourra évoluer sans une baisse significative du trafic routier dans son ensemble. Explications.

Intentions de partages 57 partages

Durée de lecture : 3 minutes

Se former au numérique responsable en quelques minutes

  • Au bureau
  • 31 juillet 2020

Le numérique n’est pas sans impacts sur l’environnement : émissions de gaz à effet de serre, consommation importante de ressources… Mais comment faire pour limiter cela ? Prenez 30 minutes pour vous former au numérique responsable.

Intentions de partages 9002 partages

Durée de lecture : 1 minute