© ADEME / Roland Bourguet

Comment choisir une voiture ou un deux-roues moins polluant ?

Conso responsable

Déplacements

Le prix, la dimension, le confort, l’esthétisme, ça compte mais cela ne peut plus être les seuls critères de choix. La consommation de carburant et les faibles émissions de CO2 sont tout aussi essentielles !

9 avril 2021

Durée de lecture : 4 minutes

L’étiquette énergie et le car labelling pour guider votre choix

Les pouvoirs publics, au niveau européen, ont rendu obligatoire l’affichage des consommations de carburant et des émissions de CO2 des véhicules neufs. C’est le Car labelling.

L’étiquette énergie est l’application française de ce principe européen. Elle est affichée sur les voitures neuves dans tous les lieux de vente en France.

L’étiquette comporte sept classes de couleurs différentes (comme pour les appareils ménagers). Elle permet à tout acheteur potentiel d’automobile d’être renseigné de manière lisible et comparative sur les émissions du véhicule en CO2, principal gaz à effet de serre responsable du changement climatique. Figurent également sur l’étiquette les consommations de carburant.

Quel carburant choisir ? Essence, Diesel, GPL ou GNV ?

En termes de consommation et de pollution, il est assez difficile de trancher entres les moteurs Diesel et à essence. Les moteurs diesel émettent davantage d’oxydes d’azote mais présente en revanche une consommation moindre et des émissions de CO2 inférieures d’environ 20% par rapport aux moteurs essence.

Grâce à l’équipement généralisé, sur les véhicules Diesel, des filtres à particules, les émissions de particules ne sont plus un facteur discriminant. Aujourd’hui, ce sont même les particules      « hors échappement » qui sont devenus majoritaires en matière d’émissions. Elles sont le plus souvent émises par l’usure des pneus, des plaquettes de freins ou encore de la route.

Les moteurs au gaz de pétrole liquéfié (GPL) et au gaz naturel pour véhicules (GNV) rejettent quant à eux très peu d’oxydes d’azote (NOx) et pas de particules. Ils ne produisent pas ou produisent peu de polluants non réglementés toxiques, comparés à l’essence ou au gazole. Leurs rejets de CO2 sont comparables à ceux des Diesel, à égalité de puissance moteur. Il y a environ 1500 stations-service équipées GPL en France, dont on peut trouver la liste sur le site internet de France Gaz Liquides.

Un deux-roues plutôt qu’une voiture ?

Rapidité, facilité pour se garer, consommation de carburant réduite… vous êtes nombreux à opter pour des scooters, motos, etc. Du point de vue environnemental, ils peuvent être une alternative à la voiture quand on sait que 80 % des automobilistes roulent seuls dans leur voiture et qu’un deux-roues émet moins de CO2 et est 3 à 4 moins vorace en place.

De plus, le marché évolue dans le bon sens : les fabricants de motos et de scooters sortent à leur tour des alternatives peu polluantes : vélo électrique, scooter électrique en passant par la moto rechargeable sur secteur.

Au moment d’acheter votre deux-roues, privilégiez un modèle adapté à votre utilisation, en évitant notamment les modèles surpuissants à consommation élevée (un électrique ou équivalent 125 cm3 suffit largement pour un usage urbain). Par ailleurs :

  • ne modifiez pas la ligne d’échappement (dont le niveau sonore est d’origine déjà plus bruyant que les voitures) ;
  • vérifiez qu’il respecte bien la dernière norme d’homologation Euro5 (qui fixe les limites maximales de rejet de gaz polluants).

Les atouts des véhicules hybrides

Les véhicules hybrides sont équipés d’un moteur thermique (à essence ou Diesel) et d’un moteur électrique. Le véhicule fonctionne avec l’un et/ou l’autre selon leur mode d’association (types d’hybridation) et les conditions de circulation. Les économies de carburant d’un véhicule hybride en ville peuvent être supérieures à 30 % par rapport à une voiture à essence.

Il existe plusieurs fonctions d’hybridation :

  • Le système « Stop & Start® » permet, en ville, d’économiser entre 6 et 15 % de carburant (8 g de CO2/km en moyenne) et de diminuer les nuisances sonores. Ce système peut équiper les voitures à essence comme les Diesel ;
  • Le freinage récupératif permet une économie de carburant de 15 % ;
  • Le fonctionnement simultané et combiné des deux moteurs (thermique et électrique) permet d’optimiser les plages d’utilisation du moteur thermique, améliorant son rendement et évitant les surconsommations.
  • Enfin, certains véhicules hybrides peuvent être propulsés entièrement en mode électrique sans intervention du moteur thermique (fonction E-drive® sur la Toyota Prius).

Les hybrides « rechargeables » (plug-in hybrid) ont également la possibilité de recharger leurs batteries sur le réseau électrique.

Il est toutefois à noter que l’hybride rechargeable n’est vertueux, en matière d’émissions de CO2, que s'il est rechargé systématiquement, pour permettre un usage quotidien exclusivement électrique. Dans ce cas, le recours au moteur thermique ne concernera que les longs déplacements.

Le véhicule électrique : une offre de plus en plus polyvalente

Les véhicules électriques sont désormais dotés de moteurs de puissance comparable aux voitures thermiques. Alimentés par des batteries rechargeables sur le réseau électrique domestique ou des bornes de recharge, qui commencent à être installées un peu partout sur le territoire, ces véhicules ont aujourd’hui une autonomie de quelques centaines de kilomètres.
 
Ils sont par conséquent très adaptés pour la grande majorité des trajets quotidiens. Silencieux, non polluants sur leur lieu d’utilisation, ils conviennent en ce sens à la circulation en ville. Un moteur électrique nécessite très peu d’entretien par rapport à un moteur à essence ou Diesel et peut avoir une durée de vie supérieure. A l’usage, ce type de véhicules est donc plus économique.
 
Certaines villes encouragent d’ailleurs leur développement, en leur accordant des avantages ou en accueillant des services d’autopartages électriques.
 

Le contenu de cette page m'a été utile : 

Merci de nous avoir donné votre avis

Vous aimerez aussi

Une nouvelle étiquette énergie en 2021  

1 septembre 2021

Pour mieux vous guider vers les produits économes en énergie, l’étiquette que l’on trouve sur les appareils électriques a changé le 1er mars 2021. Explications.

Intentions de partages 20571 partages

Durée de lecture : 2 minutes

Quel est l’impact de notre alimentation sur l’environnement ?

26 janvier 2021

Notre façon de nous nourrir affecte notre planète. Les consommateurs ne sont pas les seuls responsables bien sûr, mais nous avons le pouvoir d’influer sur toute la chaîne. Petit diagnostic pour s’en persuader.

Intentions de partages 6382 partages

Durée de lecture : 4 minutes

Globe terrestre entre des mains

28 juillet 2022 : jour du dépassement

23 juin 2022

Chaque année, c’est le même constat. Alors que nous entamons la 2e moitié de l’année, l’humanité a d’ores et déjà consommé l’ensemble des ressources que la planète peut régénérer en un an. Et nous perdons sans cesse du terrain : en 1970, ce jour intervenait le 29 décembre.

Intentions de partages 632 partages

Durée de lecture : 3 minutes

Astuces pour économiser l’eau à la maison et alléger ses factures

5 août 2022

La facture d’eau des ménages français n’est pas anodine puisqu’elle se situe à hauteur de 500 € par an. Sans compter le coût de l’énergie nécessaire pour la chauffer. Une bonne raison de réduire sa consommation d’eau !

Intentions de partages 339 partages

Durée de lecture : 3 minutes