© Airborne77

Le compost, à faire en tas ou en bac ?

  • Jardinage
  • Déchets
  • 5 août 2020

Vous avez un jardin et une grande envie de vous lancer dans le compostage. Bonne idée ! Pour vous deux solutions sont possibles : en tas ou en bac. Avantages et inconvénients des deux techniques.

2 minutes

Le compostage en tas, pas trop près des voisins

Vous pouvez regrouper vos déchets en tas (de 0,5 m à 1,5 m en moyenne) à même le sol, pour faciliter la colonisation par les vers de terre et les insectes. Vous pouvez disposer au préalable un lit de branchages pour assurer un drainage du compost par le bas. 

Dans tous les cas, évitez de le mettre dans un creux : l’eau pourrait s’y accumuler.

Privilégiez un endroit caché, bien drainé, recevant un peu d’ombre, à l’abri du vent. Ne le placer ni trop près ni trop loin de votre maison pour combiner facilité d’accès et agrément. 

Évitez enfin de le positionner en limite de propriété (vos voisins pourraient ne pas apprécier la vision de votre compost).

Les avantages 

  • Volume libre (hauteur, longueur, nombre de tas...) ;
  • humidification naturelle par les pluies ;
  • évaporation naturelle ;
  • aération importante ;
  • brassage aisé ;
  • surveillance et accès faciles.

Les inconvénients

  • Accessible aux animaux (chats, chiens, rongeurs...). Nous vous conseillons de déposer les déchets frais au milieu du tas ;
  • absence de protection aux aléas climatiques (conséquence : un processus irrégulier). Il est important de surveiller régulièrement le tas ;
  • nuisance visuelle ;
  • durée de compostage longue : six mois à un an pour un compost mûr prêt à l’emploi.
     

Le compostage en bac

Un composteur, aussi appelé « bac à compost » ou « silo à compost », convient pour les petits volumes (jusqu’à 1 000 litres), mais il est aussi possible d’en utiliser plusieurs. On en trouve dans les jardineries, les quincailleries et les grandes surfaces. Ils sont parfois proposés par les collectivités locales dans le cadre d’opérations de promotion du compostage domestique.

Choisissez de préférence un composteur porteur du logo NF Environnement, qui vous apporte des garanties sur la qualité du matériel et le respect de l'environnement.

À chaque apport de déchets frais, un brassage sur une vingtaine de centimètres permet de les mélanger aux matières présentes. Il faut ensuite recouvrir le tout de copeaux, broyat de branches ou autres matières grossières carbonées.

Les avantages

  • Faible encombrement ;
  • bonne protection aux aléas climatiques (pour un processus régulier) ;
  • inaccessible aux animaux ;
  • durée de compostage limitée : quatre à cinq mois pour un compost mûr prêt à l’emploi.

Les inconvénients

  • Volume contraint, limité à 1 000 litres maximum mais vous pouvez utiliser plusieurs composteurs ;
  • surveillance fréquente (risques d’assèchement et de pourrissement nauséabond) ;
  • brassage moins aisé qu’en tas.

Si vous utilisez deux bacs (ou plus), le premier va recevoir les déchets frais et le deuxième servira à la maturation du compost. Veillez à respecter l’ordre d’arrivée des matières lors de leur transfert d’un composteur à l’autre : les plus anciennes au fond du bac.
 

Vous aimerez aussi

Quel professionnel pour vos travaux ?

Maison

16 octobre 2020

Le recours a un professionnel RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) est obligatoire si vous souhaitez bénéficier d'aides financières.

2 minutes

Un jardin au naturel

Maison

15 octobre 2020

Jardiner sans pesticide, utiliser son propre compost comme engrais, choisir des variétés de plantes bien adaptées… C’est protéger la planète et votre santé aussi !

4 minutes