© Arnaud Bouissou / Terra

Peut-on faire du sport lors d’un pic de pollution ?

Sport

Santé

Lors d’un pic de pollution aux particules ou à l’ozone, dès que le niveau « alerte » est annoncé, il est préférable de réduire les activités physiques intenses.

6 août 2020

Durée de lecture : 1 minute

Sport ou pas sport en cas de pic de pollution aux particules ?

  • Ne pratiquez que des activités physiques d’intensité faible ou modérée ;
  • reportez les activités physiques intenses (compétition, cross, match, évaluation), en plein air comme à l’intérieur, susceptibles d’entraîner un essoufflement c’est-à-dire une respiration par la bouche ;
  • évitez de faire du sport à proximité des grands axes aux heures de pointe (7 h - 10 h et 17 h - 20 h) ;
  • les personnes sensibles, souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques, asthmatiques, personnes de plus de 65 ans, doivent être attentives à l’apparition de symptômes comme la fatigue, un mal de gorge, le nez bouché, une toux, un essoufflement, des sifflements, des palpitations…
     

Sport ou pas sport en cas de pic de pollution à l’ozone

  • Ne pratiquez que des activités physiques d’intensité faible ou modérée en évitant les moments les plus chauds (13 h - 20 h) ;
  • reportez, avant 13 h ou après 20 h, les activités physiques intenses (compétition, cross, match, évaluation) en plein air comme à l’intérieur, susceptibles d’entraîner un essoufflement c’est-à-dire une respiration par la bouche ;
  • les personnes sensibles, souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques, asthmatiques, personnes de plus de 65 ans, doivent être attentives à l’apparition de symptômes comme la fatigue, un mal de gorge, le nez bouché, une toux, un essoufflement, des sifflements, des palpitations…
Je protège ma santé : • je sors normalement et maintiens mes activités en plein air comme à l’intérieur ; • je programme uniquement des activités physiques d’intensité faible ou modérée ; • je reporte les activités physiques intenses (compétition, cross, match, évaluation) ; • j’évite les sorties à proximité des grands axes routiers aux heures de pointe (7 h-10 h et 17 h20 h) en cas de pollution par les particules, en pleine journée en cas de pollution à l’ozone ; • personnes sensibles (de plus de 65 ans, à

 

Le contenu de cette page m'a été utile : 

Merci de nous avoir donné votre avis

Vous aimerez aussi

Calculer les émissions de carbone de vos trajets

5 octobre 2020

Vous vous demandez quel mode de transport émet le moins de CO2 ? Ce calculateur compare le vélo, la voiture, le train et l'avion en fonction du nombre de kilomètres à réaliser.

Intentions de partages 78412 partages

Durée de lecture : 1 minute

Canicule : comment garder son logement frais ?

28 septembre 2021

Des solutions existent pour garder la fraîcheur dans son logement. La climatisation n’est pas toujours incontournable. Et n’achetez surtout pas votre appareil dans l’urgence, vous risqueriez de faire un mauvais choix.

Intentions de partages 1031 partages

Durée de lecture : 3 minutes

Des vacances à la montagne plus écologiques et plus économiques

13 décembre 2021

Les vacances d’hiver nous offrent un moment de pause bien agréable. Pour continuer à profiter de nos belles montagnes, touchées elles aussi par le changement climatique, de nouvelles pratiques s’imposent.

Intentions de partages 82 partages

Durée de lecture : 4 minutes

Modifier le trafic routier : une nécessité pour améliorer la qualité de l’air

4 octobre 2021

En France, la mauvaise qualité de l’air extérieur est responsable de 40 000 décès et ce, en dépit de baisses d’émissions de polluants entre 1990 et 2018. Si nos choix individuels peuvent contribuer à changer la donne, la situation ne pourra évoluer sans une baisse significative du trafic routier dans son ensemble. Explications.

Intentions de partages 182 partages

Durée de lecture : 3 minutes