Enfants en trotinettes, mobilité douce.
© Romrodphoto/Shutterstock

Tous à l’école… sans voiture

  • École
  • 21 septembre 2020

Pour déposer ou récupérer les enfants à l’école, nous réalisons collectivement 26 millions de déplacements par an. Près d’un tiers de ces déplacements se font en voiture : n’est-il pas temps de changer ?

3 minutes

Être parent, c’est un job à plein-temps, à conjuguer avec un emploi du temps déjà bien rempli au travail comme à la maison. Déposer et récupérer les enfants à l’école est parfois un casse-tête que l’on résout en parant au plus pressé et en utilisant sa voiture… même si 90 % des parents résident dans un périmètre de moins d'un kilomètre autour de l'école élémentaire de leur enfant (source INSEE).

Une étude réalisée dans le cadre de la semaine de la mobilité, par l’institut IFOP pour Eco-CO2, révèle ainsi que la voiture est le premier mode de transport scolaire (30 %). Et ce, alors que, selon une autre étude, menée cette fois par Harris pour l’UNICEF :

  • 7 parents sur 10 se déclarent préoccupés par la pollution de l'air autour de l'établissement scolaire ou la crèche de leur(s) enfant(s) ;
  • 84 % des parents utilisant majoritairement la voiture pour les trajets domicile-école aimeraient réduire cet usage, principalement, pour moins polluer (53 %).

 

Alors, qu’est-ce qui cloche ?

Si, selon l’étude IFOP, la marche est le deuxième moyen de transport pour le trajet de nos enfants vers l’école, d’autres moyens de transport sont marginaux à ce jour :  le covoiturage représente 1 % des trajets alors qu’il pourrait constituer un bel outil d’entraide entre parents ; le vélo ne concerne lui que 2 % des trajets.

En cause, les préoccupations souvent légitimes des parents : manque de sécurité, inadaptation de certains moyens de transport aux longues distances ou conditions météo qui peuvent nous contraindre à recourir à la voiture. Des freins qui renforcent, en pleine crise sanitaire, une méfiance de certains parents à l’égard des transports en commun : 55 % d’entre eux se disent en effet prêts à encourager leurs enfants à utiliser les transports individuels (incluant le vélo mais aussi la voiture).

Rien d’étonnant à ce que plus de la moitié des parents comptent sur les pouvoirs publics pour faciliter le recours aux mobilités actives (marche, vélo, trottinette…). Ils sont d’ailleurs 87 %, selon Harris, à être favorables au principe d'une rue scolaire autour de la crèche ou l'établissement scolaire de leur(s) enfant(s), réduisant la circulation automobile aux abords des écoles, durant les heures d’arrivée ou de départ des enfants.

 

Quelles solutions pour emmener les enfants à l’école sans voiture et en toute sécurité ?

À pied ou à vélo, il existe des solutions solidaires pour prendre soin de l’environnement comme de la sécurité de nos enfants dans le cadre des trajets domicile-école :

  • les pedibus : autobus pédestre convoyant les élèves d'une école, résidant dans un même quartier, sur un itinéraire défini, que l’on peut mettre en place à travers les réseaux Mille-pattes ou Carapattes ;
  • les Caracycles : même principe, version vélo…

Autre solution à étudier : le covoiturage, avec par exemple l’application Cmabulle qui facilite la mise en relation de parents rattachés à une même école - ou aux mêmes activités extra-scolaires pour lesquelles les mêmes problèmes de trajets à effectuer se posent. Avec de vrais bénéfices à la clé, en matière d’organisation familiale comme de sociabilité des enfants.

 

Changer ses habitudes, ça se tente !

Nombre de collectivités cherchent à encourager leurs concitoyens à laisser leur voiture au garage et à utiliser plus souvent le vélo, la marche, les transports collectifs. Avant de dire « ce n’est pas pour moi », donnez-vous quelques jours pour essayer de nouvelles solutions.

Dans les Hauts-de-France, la région et des collectivités de toute taille vous proposent de participer à un challenge de l’écomobilité scolaire.

Plusieurs actions d'information en direction des jeunes seront organisées du 5 au 9 octobre 2020 avec la participation des établissements scolaires. Elles ont pour objectif de leur montrer qu’il existe des alternatives à la voiture pour leurs trajets domicile-école.

Vous pouvez proposer à l’établissement scolaire de votre enfant d’y participer. Pour vous renseigner sur les modalités d’inscription au challenge « À l’école j’y vais autrement », consultez le site challenge-ecomobilite-scolaire.fr.

Pour aller plus loin :

Vous aimerez aussi