© ADEME

Aménagement du territoire

2 février 2021

L'élu et le cadre de vie

Intentions de partages0 partage

Durée de lecture : Temps de lecture : 1 min

Pourquoi repenser l’urbanisme est-il important ?

Les Français vivent maintenant les conséquences d’une expansion urbaine souvent effrénée. Les distances entre domicile et travail obligent à des trajets longs, coûteux et polluants. Les commerces de proximité disparaissent au profit de vastes zones commerciales en périphérie. À l’inverse, une densité visant à limiter l’étalement urbain peut être synonyme à la fois de durabilité, de proximité des services et de qualité de vie.

Face à l’augmentation de la population, il s’agit de repenser l’urbanisme. Et de réfléchir à des aménagements qui respectent les principes du développement durable.

Ils doivent aider à réduire la consommation d’énergie, rendre l’air plus sain, préserver la biodiversité, réduire l’artificialisation des sols naturels et agricoles et la surchauffe urbaine, participer à la lutte du climat.

Comment faire ?

Depuis 10 ans, le cadre législatif a donné une impulsion aux collectivités.

Il concerne le plan « Ville durable » et ses programmes sur les écoquartiers, la revitalisation des centres-bourgs ou la nature en ville.

Avant de lancer des projets d’urbanisme, on fait un pas de côté pour réfléchir à leur impact.

À quels besoins et usages correspondent-ils ? On questionne la dimension environnementale de ces futurs aménagements. La localisation est-elle adaptée aux usages attendus ? Quelles dessertes sont envisagées pour limiter les déplacements inutiles ? Pour construire, il faut des ressources. Peut-on en limiter l’utilisation ? Est-il possible de substituer aux matériaux classiques des matériaux biosourcés ou recyclés ? Les nouveaux ensembles consomment de l’énergie. Comment réduire cette consommation ? Quelle place donner aux énergies renouvelables et lesquelles ?

On intègre mieux la transition énergétique et écologique.

Dans tous les programmes de renouvellement urbain et de revitalisation comme ceux dédiés aux centres bourgs en s’appuyant sur les démarches et outils de la ville durable (label EcoQuartier, démarche AEU2®...).

On inscrit la démarche de préservation de l’environnement au cœur des projets d’urbanisme ou d’aménagement.

Concrètement, les documents de la planification stratégique communale (PLU) et intercommunale (SCOT et PLUi), ainsi que les règlements des Zones d’Aménagement Concertées (ZAC), intègrent des exigences sur le déploiement de trames vertes et bleues, l’organisation de modes de déplacements doux, la densité, la production d’énergies renouvelables, l’adaptation au changement climatique...

On met un frein à l’artificialisation des sols et on met en place des mesures de compensation pour renaturer les espaces.

D’autres solutions sont privilégiées pour assurer le développement local, comme la reconversion des friches industrielles ou l’utilisation de logements vacants. On fait entrer la nature et/ou de nouvelles activités économiques sur les anciens sites industriels désertés, par exemple en installant des parcs de production d’électricité photovoltaïque.

Indicateurs

78 % des Français habitent dans une ville. Source : (ADEME)

86 000 ha de terres sont artificialisées chaque année. Source : (ADEME)

150 000 ha de friches industrielles  en zone urbaine. Source : (ADEME)

17 millions de personnes travaillent hors de leur territoire. Source : (Insee, 2013)

> 80 % font le trajet domicile-travail en voiture. Source : (ADEME)

Ils le font déjà !

Élu(e), je peux...

  • Agir sur les documents de planification pour y inscrire des exigences environnementales élevées : règles de densité, présence de la nature, production d’énergies renouvelables...
  • Reconfigurer certaines zones de mon territoire, en transformant des parkings ou des friches en espaces naturalisés et en espaces publics destinés à plusieurs usages et pour tous.
  • Préserver les espaces naturels et établir une compensation systématique des espaces utilisés grâce à la végétalisation, la désartificialisation et la renaturation d’autres endroits, équivalents en surface.
  • Anticiper la réversibilité des lieux, l’adaptation à l’évolution des usages et à la mutualisation des services, dans tous les nouveaux projets urbains.
  • Proposer aux associations des terrains municipaux afin d’encourager la création de jardins partagés ou d’exploitations agricoles, notamment par des personnes modestes ou en réinsertion.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 0.92 Mo)

Ressources complémentaires

Site - ÉcoQuartier

ÉcoQuartier favorise de nouvelles façons de concevoir, construire et gérer la ville durablement.