Mobilité urbaine - Agir
© caracter

Mobilité urbaine

2 février 2021

L'élu et le cadre de vie

Intentions de partages0 partage

Durée de lecture : Temps de lecture : 1 min

Bouger autrement dans mon territoire

L’écomobilité repose sur une stratégie en 3 axes :

  • une maîtrise de la demande, en réduisant les déplacements inutiles (par l’essor des circuits courts, du télétravail…) ;
  • une diversification des modes de transport au profit des plus vertueux ;
  • un encouragement à l’utilisation de véhicules électriques ou hybrides.

La baisse des déplacements pendant la crise sanitaire a fait prendre conscience des impacts environnementaux des transports.
Elle a aussi rebattu les cartes de la mobilité : des pistes cyclables et aménagements piétons provisoires ont ainsi été créées du jour au lendemain, afin de limiter le recours à la voiture. Il est l’heure de capitaliser sur ces expériences « grandeur nature » pour permettre l’essor de l’écomobilité.

Engager l’action

Une enquête sur les déplacements des ménages permet de connaître les usages et besoins existants et d’analyser les flux. Vous organisez ensuite une concertation avec les associations représentant les habitants, les employeurs, les commerçants pour discuter des évolutions à apporter à l’offre de mobilité (transport en commun, autopartage, covoiturage, services de location vélo…) et à l’aménagement du territoire (cheminement piétons, itinéraires cyclables, voies dédiées pour les bus, aire de covoiturage, abaissement des vitesses de circulation, places de stationnement équipées de borne de recharge électrique…).

Cette concertation ouvre la voie à une stratégie de mobilité qui se traduit notamment dans des plans d’aménagement, avec des étapes de planification et un plan pluriannuel d’investissements. Plusieurs outils existent pour ce faire : le schéma directeur cyclable et piéton, le plan de mobilité dans la LOM (loi Mobilités)…

Ces évolutions de l’offre de mobilité et de l’aménagement du territoire sont accompagnées de larges campagnes de communication et d’incitations aux changements (prime au covoiturage, aide à l’achat d’un vélo…).

Pour que ces mesures soient socialement acceptées, vous privilégiez l’expérimentation. Elle permet de rendre les habitants acteurs du changement, et d’ajuster les actions, avant de les pérenniser. En organisant des événements ludiques, vous donnez aux habitants l’occasion de tester des mobilités différentes : journée sans voiture, vélo parade, rue aux enfants, journée du covoiturage, challenge de la mobilité lorsqu’il existe sur votre territoire…

Chiffres clés

200 à 1 500 € pour installer une place de stationnement vélo (variable selon le niveau de sécurisation). Source :

1 nuit seulement... pour installer une piste cyclable provisoire. Source :

3 à 10 ans pour déployer une politique cyclable globale. Source :

1 an pour mettre en place un service d’autopartage de véhicules. Source :

200 fois plus économique d’installer une piste cyclable qu’une autoroute urbaine de débit équivalent, et 50 fois moins cher qu’un métro / 25 fois moins qu’un tramway. Source :

1 à 2 € par trajet et par personne d’incitation pour favoriser la pratique du covoiturage. Source :

Concrétiser et financer

Convaincre mon territoire

  • Développer une mobilité plus durable, c’est participer activement à la lutte contre le changement climatique. En agissant pour améliorer la qualité de l’air, vous montrez que vous prenez en compte la santé des habitants.
  • Changer les façons de se déplacer, c’est aussi donner aux citoyens une meilleure qualité de vie. En prenant quelques mesures simples, la réduction de la vitesse automobile et l’augmentation de la part de la voirie dévolue aux mobilités actives, vous apaisez la ville. La cohabitation, notamment à proximité des écoles, entre conducteurs, cyclistes et piétons devient plus agréable. Les accidents sont moins nombreux et graves. Il y a moins de bruit.
  • Les commerces de proximité en sont revitalisés. La régulation du trafic en heure de pointe permet de diminuer les embouteillages. Tous ces éléments concourent à l’attractivité du territoire.
  • Sans compter que délaisser la voiture individuelle pour aller travailler, faire ses courses, se soigner, cela représente un gain de pouvoir d’achat.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 0.99 Mo)

Ressources complémentaires