© ADEME

Qualité de l'air

L'élu et le cadre de vie

2 février 2021

Durée de lecture : 1 min

Pourquoi est-il important d’améliorer la qualité de l’air ?

La pollution atmosphérique n’est pas l’apanage des métropoles engorgées par le trafic routier. Les villes petites ou moyennes, comme le milieu rural, sont touchées, tant les sources sont diverses : transports, industrie, agriculture, chauffage, brûlage des déchets...

Cette pollution est classée comme cancérogène avéré par le Centre International de Recherche sur le Cancer.
Elle provoque des affections cardiovasculaires et respiratoires, des troubles de la fertilité et du développement de l’enfant. Sans compter ses multiples conséquences sur l’environnement. Et la qualité de l’air à l’intérieur est tout aussi préoccupante sous l’effet de sources aussi diverses que la fumée de tabac, les matériaux de construction et de décoration, le mobilier, les parfums d’intérieur, le bricolage et les produits d’entretien.

Comment faire ?

Préserver l’air, c’est l’affaire de tous - pouvoirs publics, entreprises, associations, citoyens.

Aux municipalités d’instaurer une dynamique, en s’appuyant sur le Plan local d’urbanisme ou le Plan climat- air-énergie territorial.

On réaménage l’espace pour limiter la place de la voiture individuelle et faciliter d’autres modes de déplacements.

On met en œuvre des actions pour favoriser la marche et le vélo (itinéraires dédiés, parkings vélo sécurisés, aides pour achat de vélo...) et on étoffe l’offre de transports en commun.

On limite le passage des véhicules les plus polluants, avec des zones à faibles émissions.

L’utilisation de la voiture électrique est encouragée, grâce à l’installation de points de recharge, d’offres d’autopartage et de places de parking privilégiées. On protège les enfants, avec une circulation repensée autour des écoles et des crèches - vitesse à 30 km/h, stationnement interdit...

Le territoire donne l’exemple,

en s’équipant progressivement de véhicules moins polluants (électrique, biogaz, hydrogène...), en équipant les écoles et crèches de systèmes de ventilation performants et en diffusant les bonnes pratiques dans ces établissements : aération, choix de produits écolabellisés pour les peintures, les produits d’entretien...

Les habitants sont sensibilisés dans leur quotidien.

On communique sur les meilleures pratiques de chauffage au bois. On rappelle que brûler à l’air libre les déchets verts est interdit et on leur propose des alternatives.

On alerte les citoyens sur les problèmes de qualité de l’air intérieur.

En rappelant l’importance d’aérer régulièrement son logement et de réduire les sources de pollution : ne pas fumer, limiter l’utilisation de parfums d’intérieur, choisir des meubles en bois brut, privilégier les produits d’entretien écolabellisés.

Indicateurs

40 000 décès par an sont dus aux particules fines produites par l’activité humaine (3e cause de mortalité en France). Source : (Santé Publique France)

56 % des émissions d’oxyde d’azote proviennent du trafic routier. Source : (CITEPA)

80 % c’est le temps passé par les Français dans des lieux clos (domicile, bureau, école, véhicule). Source : (Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur)

33 % des émissions de particules fines en France sont issues du secteur résidentiel (le chauffage majoritairement). Source : (CITEPA)

19 milliards d’euros C’est l’estimation du coût annuel des effets sur la santé d’une mauvaise qualité de l’air intérieur. Source : (Anses et Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur)

Ils le font déjà !

Élu(e), je peux...

  • Prendre des mesures pour inciter les habitants à limiter l’usage de leur voiture, prendre les transports en commun et se déplacer davantage à pied ou à vélo.
  • Aménager autrement le territoire pour réduire la pollution, avec des zones à faibles émissions, des places de stationnement réservées aux véhicules les plus propres.
  • Proposer des solutions aux habitants pour éviter de brûler leurs déchets de jardin (broyeurs, composteurs, plateformes de collecte).
  • Entretenir et rénover la ventilation dans les établissements scolaires ou accueillant de jeunes enfants et choisir les produits les moins nocifs pour la santé.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 0.79 Mo)

Le contenu de cette page m'a été utile : 

Merci de nous avoir donné votre avis

Ressources complémentaires