Changement climatique
© ADEME

Changement climatique

2 février 2021

L'élu et le cadre de vie

Intentions de partages0 partage

Durée de lecture : Temps de lecture : 1 min

Pourquoi est-il important de se préparer aux conséquences de l’évolution du climat ?

Le climat change et c’est aujourd’hui une certitude que les conditions climatiques vont profondément se transformer au cours du XXIe siècle, sous l’effet de l’accélération du réchauffement de la planète. Les conditions de vie des Français en seront bouleversées, tant les impacts sur l’environnement, les ressources naturelles et agricoles, les activités économiques et la santé sont importants.

Canicule, tempête, inondation, pénurie d’eau, feux de forêts, recul des côtes littorales… chacun peut d’ores et déjà en mesurer les effets. Il s’agit désormais pour les collectivités de s’organiser. Et de penser les projets d’aménagements, les investissements et les activités à long terme. Réagir au changement climatique, ce n’est pas seulement protéger ses habitants, c’est aussi poursuivre la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre pour atténuer au maximum le changement climatique futur, pour le bien de tous.

Comment faire ?

S’adapter au changement climatique demande une vision à long terme.

On lance une phase de diagnostic pour connaître la vulnérabilité de son territoire aux conséquences potentielles du changement climatique. À partir de ces résultats, on élabore une stratégie et on imagine les actions pertinentes à déployer, leur ampleur mais aussi leur rythme.

On définit un nouveau cadre de travail pour discuter des manières d’aborder ce défi et favoriser l’appropriation de ce processus par les habitants.

On peut commencer par des actions dites « sans regret », gagnantes à tous les coups et de nature à impulser cette transition.

On lutte contre la surchauffe urbaine sans recourir à la climatisation.

Dans la conception des bâtiments ou leur rénovation, on privilégie l’isolation thermique. On se tourne vers d’autres techniques permettant de rafraîchir et de ventiler de façon naturelle : puits provençal, protections solaires, revêtement des toitures et des chaussées… Contre les îlots de chaleur urbains, on impose plus de nature, en remplaçant le béton par des matériaux perméables ou de la terre, en donnant plus de place aux espaces verts et aux plans d’eau.

L’eau deviendra un bien encore plus précieux.

On préserve cette ressource en l’économisant. Cela veut dire réhabiliter les infrastructures, changer les comportements pour diminuer la consommation, récupérer les eaux de pluie pour des usages de nettoyage ou d’arrosage.

On se protège des risques d’inondation ou de raz de marée.

L’infiltration de l’eau dans les sols est favorisée par la désimperméabilisation de certains espaces : on dégoudronne les cours d’école et les parkings, on remet de la nature sur les berges aménagées des rivières… En bord de mer ou de fleuve, on établit une zone tampon en transformant, par exemple, la culture agricole des polders en pâturage ou espace de randonnée.

Il faut anticiper que certaines activités économiques pâtiront du réchauffement climatique, à l’instar des sports d’hiver en moyenne montagne.

Réorienter l’offre touristique et mettre en avant d’autres atouts du territoire sont des pistes à explorer pour diversifier l’activité. Il en va de même pour la production agricole, qui peut être plus ou moins touchée selon les territoires.

Indicateurs

+ 50 % C’est l’augmentation de la fréquence des canicules à horizon 2050. Source : (ADEME)

2/3 des surfaces construites sont imperméabilisées. Source : (CITEPA)

+ 2,5 à + 3,5 °C C’est la progression de la température moyenne en France en 2050 par rapport à 1985. Source : (ADEME)

+ 20 à + 60 cm C’est la hausse estimée du niveau des mers en 2050 par rapport à 2015. Source : (ADEME)

Ils le font déjà !

Élu(e), je peux...

  • Établir un diagnostic de vulnérabilité afin de porter à la connaissance de tous l’exposition de mon territoire à l’aléa climatique.
  • Bannir la climatisation dans les futures constructions en optant pour des solutions naturelles de rafraichissement et de ventilation.
  • Végétaliser les bâtiments et les espaces urbains : plantations ponctuelles d’arbres, toitures et façades végétalisées, dalles végétalisées…
  • Préserver la ressource en eau grâce à un plan de réduction des pertes et de maîtrise de la consommation.
  • Lutter contre les inondations en rendant à la nature certains sols imperméabilisés du territoire.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 0.91 Mo)

Ressources complémentaires

Site - Démarche TACCT

Présentation de la démarche Trajectoires d'adaptation au changement climatique des territoires (TACCT).