Livraison plus durable des marchandises
© caracter

Livraison plus durable des marchandises

14 décembre 2020

L'élu et le cadre de vie

Intentions de partages0 partage

Durée de lecture : Temps de lecture : 1 min

Livrer des marchandises de façon plus durable

La crise sanitaire a mis en lumière l’importance de la logistique. S’il a été possible de limiter les déplacements des habitants pendant le confinement, la plupart des marchandises, indispensables à la vie courante, ont continué d’être livrées. Alors que les activités logistiques contribuent à la pollution de l’air, au bruit, aux embouteillages, il est urgent que les collectivités accompagnent la transition écologique du secteur, tout en assurant sa compétitivité économique.

Engager l’action

La connaissance du système logistique et la compréhension de ses enjeux – par exemple, les conséquences du e-commerce – sont des préalables indispensables. Vous (et vos services techniques) vous familiarisez avec le sujet, grâce aux études disponibles ou en suivant des ateliers de formation.

Une fois ce « test de maturité » effectué, il est temps de passer à la phase diagnostic, qui cartographie les principales données sur la commune : pôles consommateurs de flux, nombre de camions passant, places de stationnement existantes pour les livraisons, etc. Les axes de progrès, qui s’en dégagent, sont de trois ordres.

Le premier axe relève de la planification : vous intégrez le transport de marchandises dans le Plan local d’urbanisme (PLU), en réservant du foncier pour la logistique par exemple.

Le second a trait au pouvoir de réglementation des élus. Vous pouvez réglementer la circulation en fonction de la pollution des véhicules, en créant une « Zone à faible émission », en modifiant les horaires de livraison, et ainsi encourager l’accès des opérateurs disposant de moyens de transport alternatifs (hybrides, électriques, vélo-cargos…).

Le troisième axe repose sur la mise en place de dispositifs nécessitant une co-construction entre les acteurs concernés, des logisticiens aux commerçants, comme par exemple la création d’espaces logistiques urbains, dotés de bornes de recharge électrique, ou des consignes automatiques recevant les marchandises des commerçants ou particuliers…

La mise en œuvre d’une ou l’autre de ces actions repose sur un principe de concertation à initier avec l’ensemble des parties prenantes concernées. Des outils de suivi des actions doivent être alors mis en place, pour évaluer leur déroulé et leur impact.

Vous pouvez vous faire accompagner par des bureaux d’études spécialisés. C’est l’objet du programme InTerLUD, visant à déployer une cinquantaine de chartes de logistique urbaine durable.

Chiffres clés

540 000 postes à pourvoir d’ici 2022 dans le transport des marchandises. Source :

Concrétiser et financer

Convaincre mon territoire

  • De nombreux élus pensent que la mobilité des personnes est plus importante. Or l’épidémie de Covid-19 a montré que la livraison des marchandises est une activité qu’on ne peut arrêter. Vous pouvez décider d’en faire désormais une priorité.
  • Réduire les désagréments des livraisons en ville (nuisances sonores, pollution, camions garés en double file, congestion de la circulation…), grâce à des aménagements et des pratiques durables, améliore la qualité de vie des habitants.
  • Des activités logistiques qui fonctionnent bien sont aussi source d’un dynamisme économique local. C’est un élément de l’attractivité dans un cœur de ville. C’est aussi un secteur qui pourvoit des emplois non délocalisables.
  • Changer la logistique urbaine est un chantier complexe. Mais de nombreux accompagnements existent pour vous aider à défricher ce sujet nouveau.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 1.2 Mo)