Végétaliser nos villes
© caracter

Végétaliser nos villes

2 février 2021

L'élu et le cadre de vie

Intentions de partages0 partage

Durée de lecture : Temps de lecture : 1 min

Végétaliser nos villes

Les citoyens expriment de plus en plus fortement le besoin d’un accès à la nature. La crise sanitaire a renforcé le désir des habitants des villes de profiter de leurs parcs et jardins. Il se traduit déjà dans les pratiques, les Français recherchant davantage des logements avec un cadre extérieur. La végétalisation est aussi une priorité pour les collectivités d’autant qu’elle est l’un des leviers de l’adaptation des territoires au changement climatique, en favorisant la limitation de la surchauffe urbaine notamment en période de canicule et de l’artificialisation des sols.

Engager l’action

Végétaliser la ville est une action de long terme et implique une réflexion transversale. Vous mobilisez les différents services – eau, réseaux, voirie, gestion des espaces verts, développement durable, etc. Elle requiert de l’anticipation. Tout projet d’aménagement urbain doit inclure cet enjeu, en inscrivant par exemple un pourcentage de surface dédiée.

Vous le faites figurer dans les documents de planification qui dessinent le futur du territoire : le Schéma de cohérence territoriale (SCoT), le Plan climat-air-énergie territorial (PCAET), le Plan local d’urbanisme de la commune ou intercommunal (PLU ou PLUi). Il est déterminant d’agir en concertation avec les communes environnantes sur ces questions.

Vous vous appuyez sur les outils existants, comme « Arboclimat » qui permet à une collectivité d’évaluer l’impact de son projet de plantation (stockage carbone, rafraîchissement, biodiversité, qualité de l’air, potentiel allergisant…) et peut guider la sélection d’essences locales et adaptées à l’évolution du climat.

Aux équipes chargées de l’aménagement, vous associez des compétences spécialisées : urbanistes, paysagistes, écologues, climatologues, spécialistes de la biodiversité… Vous accompagnez les personnels chargés de la gestion des espaces verts par des formations sur les différentes techniques et modes de gestion différenciée, permettant d’en réduire l’impact environnemental.

Chiffres clés

85 % des Français considèrent importante la proximité avec un espace vert. Source : (UNEP-IFOP, 2016)

3 à 5 °C est la baisse de la température urbaine que les arbres d’ombrage permettent d'apporter. Ils diminuent aussi de 50 à 60 % la consommation énergétique de la climatisation. Source : (ADEME)

100 g de particules fines sont piégés en moyenne par un arbre en ville sur une année. Source : (Cité verte, 2011)

Concrétiser et financer

Convaincre mon territoire

  • Remettre de la nature en ville participe à l’attractivité économique de votre territoire, en créant des quartiers plus agréables à vivre, où les commerces de proximité auront à cœur de s’installer. L’attractivité du quartier est alors accrue, ainsi que la valeur immobilière des logements. Vous participez à la création d’emplois « verts » non délocalisables — jardiniers, paysagistes…
  • En améliorant le confort thermique et la qualité de l’air grâce à la végétalisation, vous contribuez au bien-être des citoyens, vous préservez leur santé.
  • Vous vous préservez davantage des inondations. Les espaces végétalisés et perméables absorbent les pluies violentes et évitent leur ruissellement.
  • Une conception optimisée des espaces verts, en choisissant des essences adaptées et des techniques de gestion durable, permet de réduire le coût de leur entretien.

Ma fiche récap

Vous avez besoin de plus d'information sur cette fiche thématique ?
(PDF, 1.13 Mo)

Ressources complémentaires