© Dragonstock - Fotolia

Gardons le contrôle dans nos pratiques numériques !

  • Bons gestes
  • Numérique
  • 24 septembre 2020

Echanges professionnels, recherches Internet, achats, télétravail... Le numérique fait partie intégrante de notre quotidien mais contribue aussi au réchauffement de la planète. Alors comment en profiter sans abuser ?

Durée de lecture : 2 minutes

Pourquoi le numérique n’a rien de virtuel ?

Il y a d’abord nos équipements : ordinateurs, smartphones, objets connectés... En Europe, nous en posséderons bientôt 2 fois plus qu’en 2016 ! S’ajoutent à cela les réseaux, routeurs, data centers... pour transporter et stocker nos données. La fabrication de tout ce matériel réclame des ressources (dont l’extraction pose de graves problèmes environnementaux et sociaux) et de l’énergie, tout comme son utilisation. Surtout lorsque l'on sait qu’une donnée parcourt en moyenne 15 000 km

Au final, le numérique est responsable de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Et, au rythme actuel, ce chiffre pourrait doubler d’ici 2025.

Alors oui, nous avons le pouvoir de limiter ces impacts, en réduisant les consommations de nos appareils, en les gardant plus longtemps mais aussi en adaptant nos pratiques.
 

Alléger ses mails

L’impact d’un mail dépend du poids des pièces jointes, du temps de stockage sur un serveur et du nombre de destinataires. La méthode pour alléger ses échanges ?

  • nettoyer régulièrement la messagerie et se désabonner des newsletters inutiles ;
  • compresser la taille des pièces jointes ou les envoyer grâce à des sites de dépôt temporaire ;
  • bien cibler ses destinataires ;
  • créer une signature sans image ni logo pour les échanges internes et les contacts bien établis.

Cloud : et si on gardait les pieds sur terre ?

Le Cloud donne l’impression de disposer d’un espace de stockage infini et éternel, mais de grandes quantités de données s’accumulent et entraînent une surconsommation d’énergie des infrastructures de stockage. Pour y remédier, on peut stocker le maximum de données localement sur ses équipements (ordinateur, disque dur externe...) ou placer le strict nécessaire sur le Cloud en ne conservant que ce qui est vraiment utile.

N’oubliez pas de faire régulièrement le ménage (photos, vidéos) dans le Cloud comme dans vos mails.
 

Et surtout, modérer le visionnage de vidéos en streaming

Les vidéos en ligne représentent 60 % du flux mondial de données et sont responsables de près de 1 % des émissions mondiales de CO2 ! Nous pouvons limiter notre empreinte, en désactivant par exemple la lecture automatique dans les paramètres de l’application, en privilégiant la musique téléchargée ou le streaming audio plutôt que les clips musicaux, en choisissant une résolution de vidéo adaptée à l’écran...
 

Vous aimerez aussi

Se former au numérique responsable en quelques minutes

Au bureau

31 juillet 2020

Le numérique n’est pas sans impacts sur l’environnement : émissions de gaz à effet de serre, consommation importante de ressources… Mais comment faire pour limiter cela ? Prenez 30 minutes pour vous former au numérique responsable.

Intentions de partages 164 partages

Durée de lecture : 1 minute

Calculer les émissions de carbone de vos trajets

Au bureau

5 octobre 2020

Vous vous demandez quel mode de transport émet le moins de CO2 ? Ce calculateur compare le vélo, la voiture, le train et l'avion en fonction du nombre de kilomètres à réaliser.

Intentions de partages 1096 partages

Durée de lecture : 1 minute

Les bons plans pour moins consommer de carburant

Au bureau

5 octobre 2020

En adoptant l'écoconduite et avec un entretien régulier, vous pouvez réduire votre consommation de carburant. On compte sur vous pour allier économie et écologie.

Intentions de partages 211 partages

Durée de lecture : 3 minutes

Le coup de pouce vélo

Au bureau

2 décembre 2020

Vous pouvez bénéficier d’une aide de l’État pour faire réparer votre vélo et vous remettre en selle avec le soutien d’un moniteur. Explications sur les démarches pour en profiter.

Intentions de partages 90 partages

Durée de lecture : 1 minute