© © ddisq

Pourquoi changer notre manière de nous déplacer ?

  • Déplacements
  • 5 octobre 2020

Alors que les 3/4 des trajets domicile-travail se font seul en voiture, nous sommes confrontés à un trafic routier saturé aux heures de pointe, à des prix des carburants fluctuants et à la pollution de l’air. Notre santé est en jeu.

4 minutes

Nous nous déplaçons de plus en plus

  • En avion (+ 7,2 % en un an) ;
  • en voiture (+ 2,7 % de voitures neuves en 2017) avec des véhicules toujours plus lourds et plus puissants (type SUV).

Les Français en activité professionnelle passent beaucoup de temps dans les transports et ¾ des déplacements quotidiens se font seuls en voiture.

La voiture est utilisée même pour les petits trajets

La voiture semble indispensable à 70 % des Français vivant en milieu rural contre 54 % des Français vivant en ville. Mais la moitié des trajets font moins de 5 kilomètres.

En ville, 40 % des trajets quotidiens effectués en voiture font moins de 3 km et sont 2 fois plus polluants qu’un trajet de plus grande distance (surconsommation de carburant quand le moteur est froid, arrêts et redémarrages fréquents...).

Télécharger le descriptif détaillé (RTF - 48,3 Ko)

 

Des impacts majeurs sur l’environnement et sur la santé

Plus de 1/3 des gaz à effet de serre de la France sont dus aux transports. Le transport routier représentait plus de 80 % des émissions du secteur des transports, dont 80 % pour les seules voitures particulières !

Environ 90 % des émissions de particules primaires et d’oxydes d’azote liées au transport routier proviennent des véhicules Diesel. Et la pollution de l’air a de nombreux impacts sur notre santé. On estime que la pollution de l’air est responsable de 48 000 décès par an dans notre pays.

 

Télécharger le descriptif détaillé (RTF - 48,3 Ko)

Pour en savoir plus, consulter le guide « La pollution de l’air en 10 questions » (PDF - 1.58 Mo)

80 % des bruits émis dans l'environnement proviennent des transports. En France, 25 millions de personnes sont affectées significativement par le bruit des transports, dont 9 millions exposées à des niveaux critiques pour leur santé.

La voiture pèse lourd dans nos budgets

Une voiture coûte plus de 5 000 € par an en moyenne aux ménages français, soit 10 à 12 % du budget des ménages. Pourtant, elle reste en moyenne plus de 95 % de son temps en stationnement.
  
L’entretien des réseaux routiers coûte annuellement plus de 12 millions d’euros aux collectivités territoriales, soit 9 % de leur budget.

Des solutions existent pour se déplacer autrement et moins cher

Partager une voiture

  • Les services de voiture en libre-service se développe partout en France à Paris, Lyon, Bordeaux… Vous devez être abonné à ce service pour avoir accès à plusieurs stations de véhicules pour prendre ou déposer une voiture. Un système intégré de GPS et d’informations permet de savoir s’il y a bien une place libre dans la station de destination.
  • Pour faire de l’autopartage vous devez vous inscrire dans un groupement d’autopartage (inscription de 40 à 50 € + une caution + abonnement de 10 à 15 € par mois) puis réserver votre voiture par téléphone ou Internet. Vous pourrez ensuite la récupérer le moment venu dans un des points de stationnement prévus (parkings gardés ou places de stationnement dédiées). Vous payerez environ 2 € par heure et 0,35 € par kilomètre, carburant inclus.
    Pour l’autopartage entre particuliers, le coût est d’environ 25 €/jour et 5 à 10 c €/km (hors carburant). Une assurance spécifique couvre la voiture, le temps de la location.

    Consultez les résultats de l’étude de l’ADEME sur l'autopartage (PDF - 881 Ko)

  • Le covoiturage séduit de plus en plus de Français et a de nombreux avantages : moins de frais pour le conducteur et les passagers, moins de voitures en circulation, moins de nuisances liées aux transports et un renforcement des liens entre collègues, voisins, etc. ! Faire du covoiturage deux jours par semaine permet de réduire le montant de sa facture de carburant d’un quart.

Utiliser dès que possible les transports en commun

Bus, tram, métro, train… Les transports se modernisent pour répondre aux besoins des voyageurs.

Une rame de tramway transporte à peu près l’équivalent en passagers de 170 voitures. Un passager du métro consomme environ 14 fois moins d’énergie qu’en utilisant sa voiture.

Marcher et faire du vélo

Les centres-villes sont de plus en plus nombreux à comporter des zones piétonnières et des « zones de rencontre » où la vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h et la priorité donnée aux piétons : ils peuvent y circuler aussi bien sur les trottoirs que sur la chaussée.
Rapide, pas cher, non polluant et bon pour la santé, le vélo a beaucoup de qualités. Sur des distances inférieures à 6 km, il est très performant en ville et s’y développe de façon spectaculaire. Dans toutes les grandes villes, on trouve des stations de libre-service de vélos, souvent en liaison avec les réseaux de transports en commun ou les parkings. L’aménagement ou la création en site propre de voiries urbaines pour le vélo se généralise, ainsi que l’aménagement de zones dédiées au stationnement des vélos en ville et de parkings à vélo sécurisés à proximité des gares.

Pour plus de sécurité entre tous les usagers (voiture, vélo, piétons…), il existe un code de la rue. Vous pouvez le consulter et trouver des conseils pour bien l’appliquer sur le site de la sécurité routière.

Plus d'informations sur le site de la sécurité routière : connaître la rue

Si vous vous rendez au travail à vélo, votre employeur peut vous accorder une indemnité kilométrique vélo.